Archives de mot-clé : enseignement

Panorama21 devient un magazine

Panorama21 passe au format magazine et est maintenant disponible directement sur le web !

Voici le sommaire du n°11 de Panorama21 (mai 2018), le magazine de la communauté enseignante du cégep de Drummondville :

REPÈRES

S’émerveiller : un éditorial d’Anne Bussières Gallagher

LONGUE VUE

Les (dés)avantages de l’autonomie :  une analyse de Roxane Doré

IN SITU

La formation d’un étudiant-athlète : une expérience de Patrice Marcoux

EXPLORATIONS

Libération et mesure d’aide : une réflexion de Jordan Raymond-Robidoux

VUE PANORAMIQUE

La transition, le second de deux nouveaux paradigmes : par Grégoire Bédard

BOUSSOLE

Négocier l’accessibilité : une analyse de Roxane Doré

EXPLORATIONS

La correction numérique : une expérimentation de Nicolas Paradis

ÉCHOS

Éloge de la jeunesse : une réflexion de Dominic Fontaine-Lasnier

Le magazine est disponible en ligne et en format version pdf sur le site Web panorama21.org .

Panorama21, le magazine de la communauté enseignante du cégep de Drummondville, offre une tribune privilégiée aux enseignants et enseignantes de notre cégep pour partager leur expérience et leurs préoccupations professionnelles. Il est articulé autour de quatre axes de contenu : éducation, pédagogie, communauté et société… au 21e siècle. 

Le magazine est également disponible en format pdf sur le site du SEECD, dans l’onglet «Panorama21».

Bonne lecture !

Quelque chose comme un début

Répondant à l’invitation du bureau syndical, plusieurs membres du SEECD se sont rencontrés dans la matinée du 7 juin pour échanger sur leur vision du cégep et de la communauté enseignante en abordant la question d’un plan d’action commun. La rencontre, décontractée et cordiale, a permis de faire des observations intéressantes quant aux préoccupations des enseignants et enseignantes.

La coopération avec les différents intervenants au sein de l’organisation apparait être importante pour développer des liens et des projets. La nécessité de développer des espaces de discussion entre pairs et entre collègues des différents secteurs a été exprimée par plusieurs participants. Il leur apparaît important de développer des lieux d’échange et des moments de rencontre pour briser l’isolement et le travail en «silos». Si l’information doit être mise en commun dans des moments de rassemblement, le partage et l’échange, eux, participent à un équilibre entre action et réflexion.

La question de la collégialité des relations a occupé beaucoup de place. La reconnaissance du travail enseignant passe par la valorisation, la légitimation et le respect à l’égard de soi et des autres. Un enseignant a remarqué comment les notes internes diffusées par certains gestionnaires révélaient la hiérarchie en place.  Or, cette dernière est vue comme un obstacle majeur à la réciprocité, à la confiance et à l’implication. D’autres enseignants ont relevé le décalage de valeurs et de préoccupations qui existe entre le corps enseignant et certains gestionnaires. La pensée managériale affecte tout le monde dans l’organisation. Alors que certains ont insisté sur le besoin d’une d’écoute réelle de la part des gestionnaires, afin d’établir une communication et une coopération qui soient authentiques, d’autres ont manifesté le désir de créer un nouveau type de rapport situé en dehors de la confrontation. Il faut faciliter la collaboration en prenant les devants plutôt qu’en étant défensifs, en proposant des solutions plutôt qu’en créant des conflits, voire en imposant certains sujets qui sont au coeur des préoccupations des enseignants.

Il a aussi été question de l’engagement, un élément crucial qui, de l’avis de plusieurs, peut créer une masse critique dans les échanges. La crédibilité de la communauté enseignante est accrue par l’implication de ses membres et par leur concertation. Si la vision de la collaboration et du dialogue est partagée, le rôle du syndicat est important sur ce plan, et il faut y voir avec vigilance et prudence. Aux yeux de certains, l’exercice d’une pression demeure parfois nécessaire dans certains dossiers. Cependant, l’engagement participe à créer un rapport de force qu’il faut entretenir, car il permet la légitimation des actions.

D’un autre côté, des actions concrètes doivent permettre d’appliquer certains principes et certaines valeurs. En ce sens, un plan d’action stratégique syndical permet de donner une direction au collège. Quelqu’un a relevé qu’il était important de mettre les moyens dans les mains des l’enseignants. Or, les principaux obstacles à l’engagement semblent être la lourdeur de la charge de travail et le manque de temps. C’est pourquoi il faut faire l’examen du métier d’enseignant. Il est également important de comprendre la culture locale pour opérer un changement de mentalité qui soit à l’image de la communauté. Afin de favoriser l’engagement de chacun, une perspective plus élargie de l’action syndicale est souhaitée. Plusieurs ont signifié qu’il est important de partager une vision commune afin de favoriser le bien de la collectivité.  Il est temps de se réapproprier les règles et les lieux de décision. La planification stratégique est un moyen d’y voir. Dans l’ensemble, les objectifs généraux du plan proposé dans le document de travail, objectifs qui sont axés sur le commun, on rallié les participants :

1) Reconnaissance de l’écosystème éducatif, environnemental et social

2) Renforcement de la communauté enseignante

3) Prise en charge commune de l’éducation

Cependant, dans les prochains mois, il sera important de procéder par étapes et à petits pas. Le document de travail actuel, qui présente des objectifs généraux axés sur le commun, devra être approfondi. Certains ont exprimé le souhait que ces objectifs reposent sur des valeurs clairement définies (par exemple la «coopération») et qu’ils conduisent à des actions concrètes. Il faudra bien jauger l’écart entre l’idéal et la réalité afin de ne pas verser dans l’utopie. Pour ce faire, il sera nécessaire de définir des enjeux et une mission à partir d’une analyse des faits et des données. Ces preuves permettront une argumentation reposant sur l’expertise enseignante.

Enfin, ce rassemblement informel a été l’occasion d’expérimenter des technologies permettant de nouvelles façons de partager l’information et d’organiser la discussion. Des outils collaboratifs ont permis d’avoir accès à de la documentation en ligne, d’avoir un ordre du jour ouvert que chacun pouvait modifier, d’inscrire et de suivre les tours de parole de façon participative et de contribuer en temps réel à la prise de notes tenant lieu de compte rendu. Tous les participants ont convenu que cette rencontre était une activité essentielle et qu’il fallait poursuivre l’exercice à l’automne prochain.

De semences et de pluie

L’éducation est en crise, l’école est au point mort quand elle n’a plus sa dimension humaine. Mais si, tout à coup, les éléments étaient favorables et la vie fleurissait à nouveau ?

Ken Robinson, qui parle de l’éducation comme lui seul sait le faire, avec une distance critique et des images fortes dignes d’un grand pédagogue, estime qu’il faut laisser les enseignants faire leur travail.

Demi-journée de réflexion

Le bureau syndical tiendra une demi-journée de réflexion pour discuter de diverses préoccupations en vue de l’élaboration du plan d’action syndical, qui sera proposé en assemblée générale lors de la prochaine session. Nous aimerions aborder des sujets tels que l’autonomie départementale, l’implication et la collaboration (notamment dans les comités), la collégialité, l’autonomie professionnelle, l’environnement, etc. Cette rencontre fait suite à la présentation des objectifs généraux des 7 février et 25 avril derniers.

Comme nous souhaitons que ce plan reflète bien les préoccupations de la communauté enseignante, nous vous invitons à vous joindre à nous le mercredi 7 juin dès 9 h 30 h. La discussion prendra la forme d’un échange informel. Si un tel remue-méninges vous interpelle, nous vous demandons de confirmer votre présence avant le 1er juin.

Nous espérons vous y voir en grand nombre!

Cégep : les profs investis plus que jamais

La Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ) tient à rétablir certains faits en réaction à l’article publié dans La Presse intitulé De plus en plus de profs délaissent l’enseignement à temps plein. « Cet article porte malheureusement à confusion à la fois sur l’engagement très important des profs de cégep vis-à-vis de l’enseignement et sur le programme de réduction du temps de travail. Ce ne sont pas les libérations qui mettent de la “pression sur le système”, c’est plutôt le système qui met de la pression sur les profs! », de déclarer Lucie Piché, présidente de la FEC-CSQ.

 

L’enseignement collégial, un exemple pour l’éducation supérieure

Rappelons que si le nombre d’enseignantes et d’enseignants qui obtiennent une libération de leur tâche d’enseignement semble important, cela ne reflète ni le temps réellement accordé, ni l’ampleur de la charge de travail à être fourni en contrepartie. « Plusieurs d’entre nous peuvent avoir plus d’un millier de notes à remettre par année, alors que d’autres ont jusqu’à dix cours à préparer. Affirmer que nous délaissons l’enseignement lorsque la direction accepte de nous décharger d’un cours ou deux pour mettre sur pied un centre d’aide à l’apprentissage ou à la réussite, mettre à jour un programme d’études, développer des outils pédagogiques, n’est tout simplement pas justifié », d’ajouter la présidente de la FEC-CSQ.

 

Une grande partie des montants accordés aux cégeps pour les libérations l’ont été hors négociation ou hors convention par le gouvernement lui-même pour développer les activités pédagogiques dans le réseau. Ce sont d’ailleurs les directions qui ont le plus de prise sur l’utilisation de ces sommes qui servent avant tout à soutenir la réussite des étudiantes et des étudiants dont celles et ceux en situation de handicap qui représentent environ 12 % de la population étudiante. Ce qui se fait au collégial dans le domaine est d’ailleurs pris comme exemple pédagogique pour l’enseignement supérieur au Québec.

 

La réduction volontaire du temps de travail, une économie pour les fonds publics

Concernant le programme volontaire de réduction du temps de travail (PVRTT), rappelons que cette disposition prévue à la convention collective date de l’époque de Lucien Bouchard et des ententes sur le déficit zéro. En permettant à des employées et employés du secteur public de réduire leur temps de travail sans être rémunérés, les établissements économisent en remplaçant par une personne dont le salaire est moins élevé en raison de son ancienneté et donc de son niveau dans l’échelle salariale. Le maintien de certains avantages sociaux est donc largement compensé. Dans un contexte où les cas d’épuisement professionnel se multiplient et que certains avancent même que le Québec est en état de « surmenage social » , notamment en raison de modes d’organisation du travail qui en demandent toujours plus, il n’est pas étonnant que plusieurs cherchent une manière de garder la tête hors de l’eau. « Sacrifier une partie de son salaire pour éviter de tomber en congé de maladie illustre bien l’ampleur de la surcharge que vivent bon nombre de professeures et professeurs », de préciser Lucie Piché.

 

« À l’occasion du 50e anniversaire des cégeps, plutôt que de dénigrer injustement le corps professoral, il serait plus constructif de valoriser sa contribution au dynamisme des établissements collégiaux et leur apport aux activités sociales et culturelles de l’ensemble des régions du Québec », conclut-elle.

Tempête d’idées autour de la bibliothèque

Les gouvernements fédéral et provincial ont annoncé l’attribution de subventions au Cégep de Drummondville pour moderniser la bibliothèque.

Le SEECD invite tous les membres de la communauté à participer à la mise en commun d’idées constructives pour concevoir ce lieu de partage, d’échange et de rencontres. Cette grande tempête d’idées prendra la forme d’une page wiki où chacun pourra formuler brièvement des idées concrètes de design. L’accueil est ici : https://wiki.seecd.org/index.php/Accueil

Merci de participer ! Vous courez la chance de gagner une bibliothèque qui vous ressemble !

Journée pédagogique : un élan rassembleur

L’organisation de la journée pédagogique du 17 janvier prochain marque un changement de ton significatif avec les événements similaires des années précédentes. Les organisateurs insufflent une vision tournée vers l’avenir qui mise sur l’engagement de la communauté enseignante. Elle témoigne d’un élan résolument rassembleur. En effet, la journée thématique de cette année se veut «un grand rassemblement» envisagé comme le «jour 1» d’une aventure qui pourrait inspirer des «chantiers» à venir et donner «une impulsion au développement professionnel».

Rappelons les ateliers offerts :

Combattre les biais cognitifs en situation d’enseignement par Guillaume Beaulac (professeur adjoint au Département de philosophie de l’Université Concordia).

Déconstruction des neuromythes : pour une pédagogie compatible avec le fonctionnement du cerveau des élèves par Jérémie Blanchette-Sarrasin (sous la supervision de Steve Masson, professeur au Département de didactique de l’UQÀM).

Le pédagogue stoïcien ou l’art de résister à la pression qui nous empêche d’être heureux dans notre rôle d’enseignant par Dominic Fontaine-Lasnier (enseignant au Département de philosophie du Cégep de Drummondville).

Google, une réponse à tout? par Jean-François Fortin (bibliothécaire professionnel, spécialiste en moyens et techniques d’enseignement au Cégep de Drummondville).

La conception universelle des apprentissages (CUA) en classe par Laure Galipeau et Catherine Soleil (enseignantes au Département de français au Dawson College) et Effie Konstantinopoulos (conseillère pédagogique au Dawson College).

Entre liberté individuelle et éthique professionnelle : comment s’y retrouver? par Manon Perreault (conseillère en ressources humaines agréée).

Lier l’intégration des technologies à la réussite éducative des apprenants: 20 stratégies pédagogiques par Thierry Karsenti (titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) en éducation).

Les sciences cognitives : comment les appliquer dans ma classe? par Jordan Raymond-Robidoux (enseignant au Département de philosophie au Cégep de Drummondville).

Principes et conditions de réussite de l’éducation inclusive par Nadia Rousseau (professeure au Département des sciences de l’éducation de l’UQTR).

La journée commence à 8h. Au plaisir de vous y rencontrer !

Le système éducatif finlandais

Le système éducatif finlandais est à contre-courant de bien des réformes réalisées ailleurs dans le monde ces dernières années. Il a fait l’objet de nombreuses études et ouvrages dont on peut tirer des conclusions fort intéressantes. À ce sujet, une série de quatre articles a été publiée dans Panorama21, le bulletin de la communauté enseignante du Cégep de Drummondville. Ces articles sont maintenant disponibles sur le site du Magazine PICbois :

1) École fondamentale
2) Enseignement
3) Organisation
4) Pistes d’avenir

L’école à l’examen (8/8)

Décrochage scolaire, formation des enseignants, besoins éducatifs de la société québécoise : le quotidien Le Devoir se penche sur ces questions dans une série de 8 textes intitulée L’école à l’examen, publiée du 23 novembre au 1er décembre 2016.

Le dossier s’ouvre avec le professeur Claude Lessard, ex-président du Conseil supérieur de l’éducation dans une entrevue intitulée «Notre système ressemble à un gros millefeuille», dont voici un extrait :

«Comme ministre, je ferais donc de la réduction des écarts de qualité entre les écoles ma priorité, et je chercherais des moyens efficaces pour augmenter la mixité sociale et scolaire. […] J’articulerais aussi à cette priorité une stratégie d’alphabétisation des adultes, car ces adultes ont des enfants… […] Si l’éducation demeure le meilleur investissement que peut faire une société dans son avenir, au-delà du niveau de ressources nécessaires, il y a aussi leur allocation aux bonnes priorités, ainsi que l’organisation du travail des professionnels de l’éducation qui sont importantes. […] Je propose que l’on explore la possibilité de mettre sur pied au cégep un programme préuniversitaire de culture générale pour les futurs enseignants ; je n’en ferais pas la seule voie d’accès à la formation des maîtres universitaires, mais je l’offrirais à celles et ceux qui voudraient élargir leur culture générale avant de commencer une formation universitaire spécialisée. Cela serait utile, notamment mais pas exclusivement, pour les futurs enseignants du primaire. À l’université, j’offrirais des baccalauréats bidisciplinaires de trois ans, complétés par une maîtrise professionnelle de 45 crédits et pouvant être réussie en un an à temps plein, construite en étroite collaboration avec les commissions scolaires et essentiellement vécue sur le mode de l’alternance. […] Je m’assurerais à toutes les étapes de ce continuum — fin du cégep, fin du baccalauréat et fin de la maîtrise — que les futurs enseignants maîtrisent à l’oral comme à l’écrit la langue d’enseignement. N’oublions pas qu’un enseignant parle constamment en classe ; son efficacité pédagogique est liée à la qualité de la langue qu’il utilise en classe. Ces exigences relevées vont de pair avec une rémunération et une autonomie professionnelles plus grandes. La qualité des maîtres est la variable la plus importante en éducation. Plus ils seront compétents, moins on aura à se soucier de systèmes, de dispositifs et de programmes pour les surveiller et pour réguler leur enseignement.»

Le deuxième article, intitulé «Les réformes, je n’en peux plus», exprime le point de vue de madame Françoise Marton Marceau, ex-directrice d’école. On peut y lire ceci :

«Je favoriserais une vraie autonomie des écoles, y compris pour l’embauche des enseignants par la direction et les conseils d’établissement. Il faut hausser les salaires des enseignants. Ils sont sous-payés. Et si on donne de l’autonomie aux écoles, elles devraient être mieux gérables. […] En plus, j’abolirais tous les examens d’entrée à toutes les écoles, publiques ou privées. Je réserverais les examens d’évaluation pour les fins de parcours du primaire et du secondaire. […] Et puis, j’accorderais une attention à l’architecture des écoles et à l’aménagement des classes. Il est important que les enfants soient plus en contact avec la nature et qu’ils évoluent dans des classes mieux adaptées aux nouvelles pratiques pédagogiques. […] Je pense surtout qu’il devient essentiel de développer une sélection autour des habiletés à avoir comme enseignant. Il faut par exemple examiner la capacité créatrice, mais aussi les habiletés à communiquer, à travailler en équipe, à être empathique. […] Je favorise une année complète auprès d’un mentor. Je crois beaucoup au mentorat dans mon métier. Je mentionne un dernier point de la formation qui concerne la culture et l’ouverture à la culture. […] Mais d’après moi, on ne peut réduire les problèmes du système au seul manque de ressources. Il y a aussi le manque de temps pour réfléchir collectivement sur l’école. Il faut donner du temps aux enseignants, aux professionnels, aux directions pour réfléchir ensemble à ce qu’ils font ensemble. Une école n’est valable que si elle demeure cohérente dans son système.»

Le troisième texte intitulé «On emploie des enseignants, pas des robots» est une entrevue avec madame Margarida Romero, spécialiste de l’intégration des technologies en éducation. Elle déclare :

«[Il faudrait] donner le goût et de développer la culture de l’innovation à l’ensemble des acteurs éducatifs. […] Il faut aimer innover, changer la recette, faire des essais, collaborer avec d’autres personnes, s’enrichir par du réseautage, s’ouvrir pour pouvoir intégrer les aspects de nouveautés. […] Il faut repenser l’école pour que les enseignants, les parents puissent développer des projets qui fassent sens dans leur contexte. Qui soient pertinents et propres à chaque école. Que chacun ait le goût d’innover en tenant compte de sa communauté et ses spécificités. […] Je pense qu’il faut redonner, à un niveau plus local, l’occasion d’aller beaucoup plus loin dans leurs idées, dans leurs projets et aussi dans la diversité. […] Les journées pédagogiques, c’est quelque chose qui n’existe pas ailleurs. Il y a des enseignants qui ne prennent pas ça assez au sérieux et ne les utilisent pas à leur juste valeur. Il y a plein, plein de ressources. [La formation des maitres] est encore dans une approche trop disciplinaire. On forme d’une manière trop traditionnelle. Ça fait en sorte que le goût pour l’innovation n’est pas assez développé chez les enseignants. […] Il faut leur dire que ce n’était que l’épisode initial, que maintenant, on espère qu’ils continuent à se former.»

La série se poursuit avec une entrevue tenue avec avec Michelle Sarrazin, directrice des services pédagogiques au Collège Jean-Eudes, dans ce quatrième texte intitulé Les examens «responsables d’une bonne partie du décrochage scolaire» :

«Développer des méthodes de travail efficaces, exercer son jugement critique, coopérer, communiquer de façon appropriée, mettre en oeuvre sa pensée créatrice, résoudre des problèmes et exploiter les technologies de l’information et de la communication : voilà nos véritables compétences transversales ! […] Sans l’ombre d’un doute, il faudra, par exemple, donner les moyens aux écoles de faire le virage numérique, qui ouvre l’esprit des jeunes à toutes les possibilités, qui les met en action et qui leur donne prise sur le monde, sur leur monde. Surtout, il faut accompagner les directions d’école et les enseignants pour qu’ils s’engagent, résolument, dans leur formation continue, qu’ils soient toujours à la fine pointe de la recherche en éducation, des nouvelles approches pédagogiques, des nouveaux outils à leur disposition. […] Ce qu’il faut, surtout, c’est se donner les moyens d’attirer les meilleurs candidats aux postes d’enseignement : des jeunes gens cultivés, curieux, articulés… Et faire la sélection à la base, comme pour les médecins ! Après tout, les enseignants contribuent à former les esprits ! Et devant tous les défis éthiques, philosophiques, politiques, scientifiques et autres qui attendent l’humanité, nous aurons besoin des meilleurs ! Il faut redonner à l’éducation la place qui lui revient.»

Le cinquième texte est une entrevue avec Normand Baillargeon intitulée «Je ne peux m’empêcher de rappeler le travail de la commission Parent», dont voici un extrait :

«Sans hésiter, ce serait de mettre sur pied ce que j’appellerais une commission Parent 2.0. […] Son mandat serait d’abord de combler cette carence conceptuelle, je veux dire philosophique et normative, qui est la nôtre 50 ans après Parent et après le détournement des États généraux du milieu des années 90. Pour cela, il lui reviendrait d’abord de préciser ce que collectivement nous entendons être l’éducation et les fins qu’elle doit servir. Son mandat serait ensuite de dresser un état des lieux à la lumière de ces finalités. […] Le fait que notre système d’éducation se soit voulu public, une réalité qui est aujourd’hui menacée, est sans aucun doute à préserver et à enrichir. De même, partout où il subsiste, cet idéal d’éducation entendu comme mise en contact avec des savoirs fondamentaux dans le but de rendre une personne autonome et de la préparer à l’exercice d’une véritable citoyenneté par laquelle chacun est un gouvernant en puissance, cela aussi me semble un autre acquis crucial et à préserver. Mais il est lui aussi menacé, à preuve ces attaques contre la formation générale au cégep et, plus généralement, une certaine tendance à l’instrumentalisation de l’éducation. Sur le plan des institutions léguées par Parent, les cégeps et les universités du Québec me semblent, eux aussi, des acquis infiniment précieux. […] [Enseigner] n’est pas seulement un métier ou une profession : c’est une vocation la plus noble qui soit, ceci en raison de la forte portée normative de cette activité. Nous devons aux personnes qui l’exerceront une formation de la plus haute qualité qui soit, avant de leur devoir une reconnaissance collective à la hauteur de leur tâche, laquelle s’exprimera aussi par des conditions de travail enviables. […] Mais ce souhait, comme les autres que j’exprime ici et à commencer par celui d’une commission Parent 2.0, rien de tout cela ne sera possible sans une forte demande du public.»

L’article suivant, le sixième, est une entrevue avec le sociogéographe Michel Perron, de l’UQAR, qui est aussi membre fondateur du Groupe d’action sur la persévérance et la réussite scolaire du Québec. Le texte a pour titre «Le Québec a besoin d’une véritable politique nationale en éducation». Voici des extraits :

«Les deux mots qui seraient au coeur de mon discours, ce serait territoire et conditions de vie des élèves. Un virage doit être pris pour que le système d’éducation soit moins bureaucratique et plus adapté, mais surtout plus adaptable aux réalités territoriales. Le Québec, c’est un immense territoire avec des fractures sociales, économiques, culturelles et territoriales dont on ne tient pas beaucoup compte en éducation. Les besoins diffèrent d’une région à l’autre, mais également d’un quartier à l’autre, surtout dans les milieux urbains. De ce mandat principal, je ferais deux chantiers : d’abord revoir le mode d’allocation des ressources pour tenir compte des réalités de terrain comme on le fait dans le domaine de la santé par exemple, et  donner plus de pouvoir aux écoles et plus d’autonomie aux chefs d’établissements. Il faut mettre fin à la vision électoraliste et à court terme que nous avons depuis vingt ans. Depuis 1996, je crois que j’ai rencontré les 19 ministres de l’Éducation qui se sont succédé. Le Québec a besoin d’une véritable politique nationale en éducation. Je comprends que ce que le ministre fait, c’est un pas dans la bonne direction [mais] il faut que ça s’inscrive dans une démarche plus large. Avec le groupe d’action sur la persévérance scolaire, on travaille justement à lancer une politique nationale en éducation au Québec, une politique élaborée sans partisanerie politique et proposée par la société civile avec l’appui de tout le milieu. […] Enfin, dans les travaux récents, on s’aperçoit que la distance au cégep le plus proche est aussi un facteur de diplomation au secondaire. Quand les élèves savent qu’il y a un cégep près de chez eux, ça les encourage à poursuivre leurs études. C’est une preuve de plus, s’il en fallait une, qu’il faut absolument que notre réseau des cégeps soit maintenu. [Il] faut travailler sur la formation continue des professeurs parce que les connaissances avancent rapidement. Il faut absolument permettre aux professeurs de se renouveler pour pouvoir innover, ce qui suppose des mécanismes avec du financement. Il faudrait également favoriser le mentorat pour les professeurs du primaire jusqu’à l’université. […] Beaucoup de jeunes professeurs découvrent la complexité des conditions de vie des élèves quand ils arrivent sur le marché du travail, et là, il y a un choc culturel.»

La septième entrevue est réalisée avec Mathieu Côté-Desjardins, ancien enseignant au primaire. L’article est intilulé «L’éducation comme un moteur de société». En voici quelques extraits :

«[Il faut] démontrer simplement et efficacement la mystification qui s’est faite par le ministère de « la déséducation » depuis les dernières décennies. […] J’engagerais l’ancien professeur Pierre Demers, qui est l’auteur d’une série en quatre tomes sur l’éducation humanisante. Il propose d’utiliser l’éducation comme un moteur de société. Il explique comment bâtir du sens nous ramène à la racine de ce qu’est « éduquer » pour avoir un impact autant dans la famille que dans la société. Il faudrait en outre complètement revoir la formation des maîtres. […] Peu importe la quantité d’argent lancée au problème, tant qu’on ne retourne pas à la racine de ce qu’est « éduquer », on ne peut rien vraiment accomplir qui vaille quelconque mention. Je parle, par exemple, de retrouver une sensibilité pour l’enfance, sur ce que cela signifie pour la vie et l’importance de la vivre pleinement, de préserver à tout prix la capacité d’émerveillement des enfants, de donner tout l’oxygène nécessaire à la créativité et à l’imaginaire des jeunes, ou encore de cesser ce génocide de « génies » dans les écoles, etc. […] D’abord, un système de sélection sur la base de notes scolaires ne devrait même pas être considéré, ni même être perçu comme novateur. Au contraire, il s’agit d’un moyen on ne peut plus obsolète, tout comme son diplôme qui suivra, ce qui laisse passer entre ses mailles beaucoup… beaucoup trop d’individus n’étant point dignes d’être en contact avec des jeunes. […] De plus, il faut s’assurer que le système favorise les « maîtres » ayant un grand sens critique, tout en ayant une d’ouverture d’esprit considérable. Ces deux axes sont primordiaux. Actuellement, le système scolaire nourrit, entretient et protège le contraire, et ce, à tous les niveaux.»

La dernière rencontre a lieu avec Lise Bisonnette, ancienne directrice du journal le Devoir et fondatrice de la Grande bibliothèque, dans un article intitulé «Pour arriver à une compréhension du monde», où l’on peut lire les extraits suivants :

«Nul ne devrait être admissible au titre de ministre de l’Éducation sans pouvoir, à huis clos et sans aide, exprimer sa conception de la lutte contre l’ignorance contemporaine. […] Nous avons ainsi obtenu, sans tableau blanc, une leçon magistrale pour ministre : l’éducation n’est pas un simple outil de développement économique et d’accès à l’emploi, elle devrait être une démarche pour arriver à une compréhension du monde, de son histoire, de son présent et de sa destination. Et nul ne devrait être admissible au titre de ministre de l’Éducation sans vouloir proposer ou imposer à son gouvernement l’obligation première de reconnaître formellement qu’on éduque pour éclairer, et non pour fournir du travail de cadre ou d’ouvrier dans une cimenterie soumise aux aléas du libre-échange avec les États-Unis. […] Quand on accepte la charge de gouverner, ce n’est pas pour faire arriver les trains à l’heure ou, en éducation, pour obtenir des résultats présentables aux tests internationaux. La raison d’être de l’État, c’est d’empêcher la loi du plus fort de régir la vie en société. Nous naissons tous égaux, certes, mais les inégalités s’installent dès notre premier souffle. Le système d’éducation est la première ligne de résistance à cette adversité, qui n’est pas une fatalité. […] La tâche de l’école n’est pas d’abord de multiplier les sorties en vue de former les futurs consommateurs de produits culturels, comme le réclame un milieu associatif affamé. Elle est de donner accès, d’offrir en propriété, les références culturelles, scientifiques, historiques qui permettront à chacun de penser sans recourir au téléphone. […] L’éducation devrait être la première dépense de l’État, la santé accapare tout faute d’éducation. Efficacement socialisés par le langage de la rigueur et de l’austérité, nous cherchons pourtant à éloigner de nous le calice de la dépense et, dociles, à nous prescrire de faire mieux sans avoir plus. En attendant un revirement improbable de l’ordre des priorités, il faut dénoncer les ravages scandaleux de la pingrerie durable.

Un métier complexe

Si le métier de professeur est complexe, c’est qu’il y a un être humain derrière ce rôle de transmetteur de connaissances.

Tout un chacun vit des situations familiales qui peuvent être, à certains moments de sa vie, difficiles et complexes. Malgré tout, nous nous présentons devant la classe en laissant derrière nous notre famille et nos amis, pendant quelques heures, afin de nous consacrer à l’enseignement. Certains élèves à qui nous nous adressons débordent d’enthousiasme et démontrent un réel intérêt à enrichir leurs connaissances et à acquérir de nouvelles compétences. Évidemment, d’autres sont là pour passer le temps ou pour avoir une note, tout simplement, afin de continuer dans la trajectoire sociale qu’ils se sont donnée. Néanmoins, quelles que soient les motivations de l’élève, il est indéniable que la relation qui s’établit entre l’enseignant et lui va permettre à chacun de grandir et d’évoluer comme personne.

Nous avons en face de nous une multitude d’individus qui ont des expériences variées et nous devons être en mesure de nous adapter à cette diversité, tout en demeurant professionnel. Le film The Detachment présente à merveille cette facette de la réalité des enseignants. On voit des enseignants désabusés et dépassés, mais également des enseignants confiants et motivés à toujours amener l’élève à se dépasser plutôt qu’à niveler leur enseignement par le bas.

Je me rappellerai toujours une collègue au secondaire qui me disait, à la suite d’une rencontre de parents, que le métier d’enseignant est l’un des métiers les plus ingrats, car tout le monde pense pouvoir le faire et, surtout, le faire mieux que nous. Au cégep, nous n’avons pas de contact avec les parents, malheureusement ou heureusement diront certains, mais il est indéniable de reconnaitre que les parents sont les premiers guides de nos élèves. Nous travaillons souvent avec les parents, généralement sans le savoir, à la réussite et au développement personnel de nos élèves. J’invite ceux qui en doutent à participer à la cérémonie de remise des diplômes qui a lieu quelques jours après la Journée mondiale des enseignants. Les élèves sont très fiers de nous présenter à leurs parents, et ces derniers nous regardent avec beaucoup de gratitude et de reconnaissance.

La Journée mondiale des enseignants, le 5 octobre, est importante à souligner, mais nous vivons aussi plusieurs journées qui nous rappellent le rôle important que nous jouons dans la société.