Archives de mot-clé : collaboration

Offre de paniers bio 2018

Qu’est ce que l’alimentation biologique ?

La culture biologique se distingue de la culture industrielle par ses techniques de production. Elle n’utilise ni pesticides, ni fertilisants ni semences génétiquement modifiées (OGM). La fraicheur des produits permet également une plus grande valeur nutritive. De plus, comme la production provient de la région, elle réduit de façon considérable les impacts négatifs du transport.

Une collaboration

Le comité environnement du SEECD a contacté la ferme du Sapin vert, un producteur local. La ferme est membre du réseau des fermiers de famille d’Équiterre et ses aliments sont certifiés biologiques par l’organisme Québec vrai. Notre collaboration serait à l’effet que le cégep pourrait servir de point de livraison pour tous les employés abonnés. Enseignants, personnel de soutien, professionnels, cadres, tous auraient la possibilité d’être abonnés et de recevoir au cégep un panier de produits biologiques. 

Comment ça fonctionne ?

La livraison des premiers paniers débute à la mi-juin et s’étale sur 20 semaines (fin octobre / début novembre). Plusieurs forfaits sont possibles, selon les besoins des membres, allant du petit au grand panier, avec une variation de prix conséquente et une fréquence également variable. Chaque semaine, à heure fixe, un livreur déposerait les paniers identifiés au nom de chaque membre dans un espace prévu à cet effet au cégep. Vous pouvez trouver la liste non exhaustive des légumes ici.

Ça vous intéresse ?

Nous aimerions savoir si ce projet vous intéresse avant de poursuivre notre démarche. Un minimum de membres est souhaitable avant de faire du Cégep un point de livraison pour notre communauté. Ça vous intéresse ? Contactez-nous !

Adoption de trois objectifs pour un plan d’action global

nLors de la dernière assemblée du SEECD, le mardi 28 novembre, il a été questions des trois objectifs généraux du plan d’action sur lequel travaille le bureau syndical depuis plusieurs mois :

  1. Oeuvrer à la reconnaissance de l’écosystème éducatif, environnemental et social
  2. Oeuvrer au renforcement de la communauté enseignante
  3. Oeuvrer à la prise en charge commune de l’éducation

Des exemples d’actions sont venus supporter ces objectifs comme le développement d’une stratégie locale pour travailler en amont des décisions, la réflexion sur la prise de décision, le renforcement des liens entre les communautés. Plusieurs comités ont également été créés.

Il a été proposé et résolu à l’unanimité «de faire de ces trois objectifs la base de l’engagement individuel et collectif au sein de la communauté.»

Favoriser l’intelligence collective

Afin de favoriser le développement de l’intelligence collective de notre communauté, voici un nouvel onglet, intitulé Ressources, où vous pourrez notamment trouver :

  • quelques outils technologiques (libres et gratuits) qui peuvent favoriser le travail collaboratif et la prise de décision au sein d’assemblées, de départements, de groupes de travail ou de comités divers;
  • des méthodes et des techniques pour favoriser autant la réflexion, la prise de décision de groupe ou la résolution de conflits.

Cette page sera progressivement développée tout au fil du temps. Revenez-y !

Faire en commun : un paradigme social de transformation

David Bollier est auteur et un blogueur prolifique, un activiste de longue date, et un chercheur indépendant sur la question du mouvement des communs depuis plus de 20 ans. Il est l’auteur de «Commoning as a Transformative Social Paradigm» (printemps 2016). Le livre a été traduit en français par Maïa Dereva et publié à l’automne 2016 sous le titre « Faire en commun : un paradigme social de transformation ». L’essayiste écrit :

Pour faire face aux nombreuses et profondes crises de notre temps, nous sommes confrontés à une énigme qui n’a pas de solution simple : comment pouvons-nous imaginer et construire un système radicalement différent en vivant dans les limites d’un système en place qui résiste énergiquement au changement transformationnel ? Notre défi est non seulement d’articuler des alternatives séduisantes, mais aussi d’identifier des stratégies crédibles pour les réaliser.

Je crois que les communs — à la fois comme paradigme, discours, éthique, et ensemble de pratiques sociales — sont très prometteurs pour transcender cette énigme. Plus qu’une philosophie politique ou qu’un programme politique, les communs sont un processus vivant actif. Ils sont moins un nom qu’un verbe, car il s’agit principalement des pratiques sociales du faire en commun  les actes de soutien mutuel, les conflits, la négociation, la communication et l’expérimentation qui sont nécessaires pour créer des systèmes de gestion des ressources partagées. Ce processus rassemble la production (auto-approvisionnement), la gouvernance, la culture et les intérêts personnels en un seul système intégré.

Cet essai propose un aperçu rapide des communs, du faire en commun, et de leur grand potentiel pour aider à construire une nouvelle société. J’expliquerai la théorie du changement qui anime de nombreux commoneurs, surtout lorsqu’ils tentent d’apprivoiser les marchés capitalistes, de devenir les intendants des systèmes naturels, et qu’ils mutualisent les avantages des ressources partagées. Les pages suivantes décrivent une critique de l’économie et de la politique néo-libérales basée sur les communs, une vision de la façon dont les communs peuvent permettre une société humaine écologiquement plus durable, les principaux changements économiques et politiques que cherchent les commoneurs, et les principaux moyens de les atteindre.

Finalement, j’envisagerai quelque uns des effets qu’’une société centrée sur les communs pourrait avoir sur l’alliance marché/état qui constitue actuellement « le système ». Comment un monde approvisionné et gouverné par les communs changerait-il la politique ? Comment pourrait-il répondre aux pathologies interconnectées d’une croissance économique implacable, de la concentration du pouvoir des entreprises, du consumérisme, d’une dette insoutenable et d’une destruction écologique en cascade ?

La vidéo suivante présente le sujet principal de l’oeuvre :

Les communs en éducation

Ce sont des choses qui ne sont possédées par personne, mais qui sont partagées par tous. Elles ne relèvent ni du bien public, ni du marché. Elles n’existent qu’à partir du moment où une communauté décide de gérer collectivement une ressource dans une perspective d’équité et de durabilité. Que sont ces choses si singulières qu’elles échappent au vocabulaire courant ? Les communs sont la combinaison d’une ressource (l’eau, l’air, le savoir, l’éducation, internet, les logiciels libres), d’une communauté d’usagers, et d’un ensemble de règles sociales, de normes et de sanctions créées par cette communauté que l’on appelle les commoneurs. Dans un atelier présenté au Conseil général de la FEC-CSQ à Sorel, le 1er juin 2017, Louis Marchand et Grégoire Bédard jettent un bref coup d’oeil à la renaissance des communs et tentent de voir comment ils peuvent transformer notre rapport à l’éducation dans les cégeps.

La capsule vidéo (4 min.) suivante résume l’essentiel de la présentation.

Une approche syndicale renouvelée

Avec la «nouvelle gestion publique», les valeurs et les modes d’opération de l’État sont largement inspirés du secteur privé et des principes néolibéraux. L’État va de pair avec le marché et ceci n’est pas sans conséquences sur l’éducation et sur la gestion du système éducatif. Dans ce contexte, où s’ajoutent les défis du monde contemporain (en termes d’environnement, d’énergie et de ressources), la communauté locale est appelée à jouer un rôle de premier plan. Le syndicalisme, comme acteur au sein de cette communauté, est amené à se transformer.

Le bureau syndical du SEECD estime qu’il pourrait être pertinent de renouveler l’approche syndicale en prenant appui sur le mouvement des Communs et sur les initiatives de Transition, où l’empowerment de la communauté et la démocratie participative sont des éléments essentiels. Cette perspective a été brièvement présentée dans les éditoriaux du bulletin syndical Panorama21 de février, mars et mai, de même qu’aux assemblées générales du 13 février et du 25 avril 2017. Cette approche sera discutée lors de la rencontre du 7 juin prochain, pendant laquelle il sera question d’un plan d’action stratégique local.

Un «commun» est constitué d’une ressource et d’une communauté d’usagers qui établit collectivement des règles de gouvernance de cette ressource. Le savoir, les connaissances, la pédagogie, les relations humaines et professionnelles, tout comme le cégep lui-même (comme organisation ou comme lieu physique) sont autant de ressources dont fait usage la communauté collégiale. De l’éthique à la pédagogie, en passant par la citoyenneté, l’environnement ou la technologie, la gestion commune s’articule autour de valeurs et de principes partagés par tous. Elle peut prendre autant de formes qu’il y a de groupes au sein de l’écosystème éducatif. Tout commence par l’engagement individuel et la volonté de coopération dans un objectif de bien commun. Dans cette perspective, le mouvement des communs place l’État dans une position nouvelle et se présente comme une vigoureuse alternative à l’appropriation privée par le marché.

Pour plus d’information sur les communs, il existe une documentation qui croit à chaque jour. Pour commencer, on peut lire le bref ouvrage d’introduction intitulé «La renaissance des communs» de David Bollier. Si vous êtes à l’aise à lire en anglais, nous vous suggérons le bref texte d’Ugo Mattei «First Thoughts for a Phenomenology on the Commons». Il existe aussi le livre «Commun» de Pierre Dardot et Christian Laval, dont Éric Martin de l’IRIS a fait un résumé intitulé «Du néolibéralisme au commun» (partie 1 et partie 2). Le SEECD a également produit une capsule vidéo sur les communs en éducation (adaptée d’une présentation) qui est disponible en ligne.

Concernant la pratique des communs, certains mouvements peuvent être très intéressants à observer. Parmi eux, on remarquera les Initiatives de transition qui cherchent à développer une approche holistique de la résilience des communautés. Ce sont des projets citoyens qui proposent des façons concrètes de s’organiser à petite échelle pour inspirer de grands changements, notamment en ce qui a trait aux défis que représentent les changements climatiques et la fin de l’ère du pétrole. Partout, des Initiatives de transition participent à créer le monde de demain avec une vision positive qui stimule l’engagement. On pourra consulter à cet effet le tout nouveau «Guide essentiel de la Transition» traduit en français. Pour quiconque désire aller plus loin, le «Manuel de Transition» (gratuit en anglais ici), de Rob Hopkins, largement inspiré des principes de la permaculture, est un ouvrage incontournable pour ceux qui désirent participer au changement dès aujourd’hui.

Veuillez confirmer avant le 1er juin si vous comptez participer à la discussion. Merci et bonne lecture !

 

Demi-journée de réflexion

Le bureau syndical tiendra une demi-journée de réflexion pour discuter de diverses préoccupations en vue de l’élaboration du plan d’action syndical, qui sera proposé en assemblée générale lors de la prochaine session. Nous aimerions aborder des sujets tels que l’autonomie départementale, l’implication et la collaboration (notamment dans les comités), la collégialité, l’autonomie professionnelle, l’environnement, etc. Cette rencontre fait suite à la présentation des objectifs généraux des 7 février et 25 avril derniers.

Comme nous souhaitons que ce plan reflète bien les préoccupations de la communauté enseignante, nous vous invitons à vous joindre à nous le mercredi 7 juin dès 9 h 30 h. La discussion prendra la forme d’un échange informel. Si un tel remue-méninges vous interpelle, nous vous demandons de confirmer votre présence avant le 1er juin.

Nous espérons vous y voir en grand nombre!

L’implication dans les comités

Lors de la prochaine assemblée générale (25 avril), vous serez invités à manifester votre intérêt à vous impliquer dans différents comités au cégep. Certains vous sont probablement familiers, alors que d’autres vous sont peut-être inconnus. Afin de vous aider à réfléchir à une possible implication ou d’attiser votre intérêt, nous vous présentons brièvement quelques comités pour lesquels nous devrons élire des représentantes ou représentants prochainement.

Ceux et celles qui ont à cœur la reconnaissance du personnel travaillant au cégep et les activités rassembleuses pourraient être intéressés par le comité de reconnaissance et de valorisation du personnel. Ce dernier organise différentes activités, dont le « party » de Noël, la soirée reconnaissance et l’activité de fin d’année. Le comité de la condition des femmes (CCF) de la FEC et le comité consultatif d’accès à l’égalité ont, quant à eux, pour objectif de discuter, dans le premier cas, de différents enjeux touchant la condition des femmes dans la société et, dans l’autre, des enjeux concernant l’égalité d’accès en emploi au cégep. En plus de participer à quelques rencontres organisées par la FEC durant l’année, les personnes impliquées dans ces comités peuvent organiser des activités locales et doivent assurer le suivi du programme d’accès à l’égalité en emploi auprès de la FEC. Ceux et celles qui ont à cœur les mesures d’aide à la réussite et les étudiants ou étudiantes en situation de handicap (EESH) ou ayant des besoins particuliers (EBP) pourraient se joindre au comité sur les mesures d’aide à la réussite, qui discute de la procédure pour les appels de projets et qui sélectionne les projets qui sont ensuite soumis à la direction pour approbation. Le désir de « réanimer » le comité environnement l’an prochain est également bien présent. Ce comité pourrait mettre en place des projets concernant, par exemple, l’alimentation ou les espaces verts au cégep, ou encore des activités de sensibilisation liées à l’écologie. Le comité en matière de harcèlement et de violence sera aussi réactivé l’an prochain. Il se penchera sur les politiques et les mesures à prendre concernant le harcèlement et les actes de violence de différentes natures qui pourraient survenir au cégep.

Malheureusement, il est impossible de mentionner ici tous les comités existants, mais vous pouvez vous informer auprès de votre équipe syndicale pour en connaître davantage au sujet des différents comités qui nous permettent de travailler en collaboration avec la direction et les autres personnels du cégep ou encore au sujet des comités liés à la FEC ou à la CSQ.

S’impliquer dans un comité est une façon de faire la différence dans le cégep et de tisser des liens avec divers membres de la communauté collégiale. Les comités sont un premier pas vers davantage de collaboration à l’intérieur et même à l’extérieur des murs du cégep. Si cette idée de collaboration vous tient à cœur, manifestez-vous!

Pour une pédagogie renouvelée, active et contemporaine

En mai 2015, un collectif d’enseignants a publié un Manifeste pour une pédagogie renouvelée, active et contemporaine dans lequel ils constatent trois fractures au sein de l’école : le butineur numérique ou le monopole de l’enseignant, la réussite d’une évaluation statique ou le développement de compétences et une société technologique ou une école déconnectée. La question de fond est majeure : «Préparons-nous adéquatement nos élèves à ce qui les attend au cours du prochain demi-siècle?»

Selon ces enseignants, une «pédagogie renouvelée, active et contemporaine» devrait oeuvrer à la facilitation du développement des compétences informationnelles, à la favorisation de la métacognition, à la valorisation de la curiosité, de la créativité, de l’expérimentation et de l’innovation, à l’intégration de différents outils technologiques, à l’encouragement de la collaboration et à la responsabilisation et l’octroi de latitude.

Ils proposent des pistes de solution : s’assurer que la formation des maitres soit en adéquation avec les attentes et les besoins du milieu, assurer une bilatéralité entre les milieux universitaires et scolaires, établir une structure encourageant la formation continue et le réseautage, varier les outils et les approches et encourager le leadership.

Les signataires Marc-André Girard (instigateur du projet), Sylvain Bérubé, Marie-Andrée Croteau, Jocelyn Dagenais, Josée Desbiens, Marie-Claude Gauthier, Catherine Lapointe, Audrey Miller et Anick Sirard concluent :

Nous souhaitons que nos collègues, peu importe leur niveau d’intervention auprès des élèves, modernisent leurs pratiques, qu’ils embrassent certains outils didactiques et qu’ils diversifient leurs approches. Nous sommes conscients qu’il faille lutter contre une tradition et une culture scolaire qui tardent à prendre ce virage, mais nous insistons sur l’importance de l’ouverture du personnel scolaire. Ne l’oublions pas : un seul acquis permet de définir l’éducation, et c’est effectivement le changement! Ainsi, l’école n’est pas un havre à l’épreuve du changement: elle en est l’incubateur!

L’éducation est la fondation de tout système démocratique. Elle doit être animée par une vision rassembleuse et ambitieuse sous-tendant un véritable projet de société qui dépasse largement les opérations comptables et les exercices financiers à court terme. L’éducation, c’est un immense investissement dans la jeunesse actuelle dans le but d’assurer le futur d’une société entière.

Une entrevue avec Marc-André Girard est disponible ici.

Projet pilote de paniers biologiques

À la fin du mois de janvier, le SEECD vous informait d’une possible collaboration avec un producteur local à l’effet que le cégep pourrait servir de point de chute pour des paniers de légumes biologiques. Quarante personnes ont manifesté leur intérêt. Sachez que les démarches ont abouti et que le projet va se réaliser !

Le Comité des saines habitudes de vie prendra bientôt le relai en vous invitant à procéder à votre inscription aux paniers bio. Chaque jeudi, à heure fixe, un livreur déposera votre panier identifié à votre nom dans un local prévu à cet effet au cégep. Plusieurs forfaits seront possibles, selon vos besoins, allant du petit au grand panier, avec une variation de prix conséquente et une fréquence également variable.

En plus de renouveler votre assiette et de vous amener à découvrir de nouvelles saveurs, saviez-vous que ce projet participe au développement durable ? En soutenant l’agriculture et l’économie locales, vous participez à réduire l’émission de carbone produite par le transport des aliments, par l’utilisation d’engrais chimiques et de pesticides, ainsi que par l’emballage des produits et leur mise en marché… C’est un petit geste qui fait une grosse différence.

Le projet sera en phase «pilote» jusqu’au mois de juin. Pour plus d’informations, adressez-vous au Comité des saines habitudes de vie à la Direction des ressources humaines.